Deux étudiants américains racontent leur année en université française


Jacques et Liliana étaient junior et senior à Duke University. En échange universitaire (studying abroad), ils ont passé un semestre à Sciences-Po-Paris. Ils parlaient très bien le français, mais la différence de culture les a beaucoup supris.

Presque tout était différent de ce dont ils avaient l’habitude en Amérique: les rapports élève-professeur, la manière de faire la fête, le rapport à l’alcool, les habitudes vestimentaires, la constitution des groupes sociaux (communities), l’importance de la politique dans la vie des gens…

J’avais longuement relaté l’expérience de Jacques et Liliana sur le site Rue89 en 2014. Les habitudes françaises n’ont pas changé depuis. D’autres étudiants américains vont partir cette année s’immerger dans une France qui, entre temps, a élu un nouveau président.

Voici donc quelques-uns de leurs réflexions sur la société française.

Des professeurs moins disponibles

« Les profs de Sciences-Po n’ont pas, dans leur planning, d’heures fixes dédiées à la rencontre avec les étudiants. Et quand ils se présentent à nous, ils ne nous donnent ni leur e-mail, ni leur numéro de téléphone. »

« Contrairement à l’université américaine, on n’a pas besoin de se préparer au cours à l’avance par des lectures, dans l’objectif de participer. Ici on doit écouter, à la rigueur poser des questions à la fin. Mais pas intervenir avec ses propres idées. Cela dit, mes profs sont bons, j’apprends plein de choses. »

Liliana a notamment adoré un cours portant sur la discrimination positive comparée en France et aux Etats-Unis. « Chez vous, on parle de discrimination géographique, et non raciale. C’est pas mal, mais je trouve que l’interdiction des statistiques ethniques empêche de résoudre les problèmes: on ne peut rien prouver puisqu’il n’y a pas de données objectives. »

Quant à Jacques, il a été frappé de constater que, « dans les universités française, les femmes professeures sont beaucoup moins nombreuses que les hommes ».

L’importance de la mode

Par rapport aux autres étudiants, Jacques était presque gêné son simple jean et des chaussures de sport : « On a l’impression que les Français passent un temps fou à réfléchir à comment comment s’habiller. » Liliana avait abandonné tout espoir: « De toute façon, en France, je n’aurais pas pu suivre, je n’ai pas assez d’argent, les filles sont bien trop élégantes, c’est comme la fashion week tous les jours. »

« Aux Etats-Unis, pour la moindre soirée, nous les filles on a l’habitude de s’habiller ultrasexy. En France, les filles sont nettement plus discrètes. » Jacques dit les choses avec prudence : « Chez nous, les filles qui sortent sont vêtues de manière très “explicite”. Un soir à Paris, on était en groupe, et les Américaines sont arrivées avec des ultra minijupes, pas gênées par le froid. Les Françaises étaient plus subtiles.

Des nuits de fête plus longues

Liliana, qui n’a que 21 ans, en est encore épuisée! « Je me trouvais trop vieille pour faire la fête comme les Français. Leurs soirées durent toute la nuit. Heureusement, ils boivent moins d’alcool fort, plutôt du vin qu’ils n’avalent pas trop vite. Et comme ils fument tout le temps, ça ralentit le rythme. »

Jacques compare avec ce qu’il connait: « Aux USA, on fait des “drinking games” (compétitions d’alcool) avant de sortir, et on rentre au plus tard à 2 heures du matin. A Paris, le métro ferme, alors les gens restent en boîte toute la nuit. Ils tiennent car il n’y a pas ces concours d’alcoolisation. On boit quelques verres, et c’est surtout la conversation qui anime les soirées. »

Pour en savoir plus sur l’expérience en France de Liliana et Jacques, lire la suite sur rue89.

#étudiants #université #SciencesPoParis #professeurs #lamode

135 views
  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Amazon Social Icon
Contact Us

frenchallianceraleigh@gmail.com

(919) 985-3919

Upon appointment only:

5510 Munford Road

Raleigh, NC 27612

© 2017 by Alliance Française of Raleigh-Durham-Chapel Hill