Tour de la Francophonie: Tahiti

In French

Friday 22 October, 7pm

Mon Pays: Tahiti
 
Avec Aldo Tirao, en direct de Tahiti,
en conversation avec Claire Barthelemy
sur la culture et la langue Tahitienne

 

En Polynésie, les traditions et la culture sont particulièrement importantes, depuis l’accueil des visiteurs jusqu’aux nombreuses fêtes qui ont cours tout au long de l’année. La population cultive une tradition d’accueil chaleureuse et agréable, désireuse de faire découvrir avec fierté les joyaux de l’archipel.  La danse, la musique et le chant font partie des coutumes soigneusement entretenues, et les polynésiens maintiennent un art de vivre paisible et communicatif. En signe de bienvenue ou de plaisir des retrouvailles, chaque voyageur ou visiteur reçoit un collier de fleurs multicolores au moment de l’arrivée.

Les découvertes des archéologues, des linguistes et des généticiens tracent peu à peu le portrait de la plus incroyable migration humaine jamais réalisée : la conquête du Pacifique, en vagues successives, par des groupes d’hommes et de femmes partis d’Asie du Sud-Est il y a environ 50 000 ans pour les premiers.  En quelques siècles, la quasi totalité des îles isolées sont abordées : les Marquises (300-600), d’où sont ensuite gagnés les Tuamotu, Hawaii (400-650) et l’île de Pâques (400-500).  Ces conquêtes ne font pas l’objet d’une direction unique, mais de multiples expéditions parties en tous sens : ainsi, c’est en rebroussant chemin vers le Sud-Ouest que sont explorés et colonisés Tahiti et les îles Cook (600-800), puis la Nouvelle-Zélande (vers l’an 1000). D’autres îles aujourd’hui désertes sont habitées, puis abandonnées.

Les archipels, s’ils ne forment pas de nation au sens politique du terme, entretiennent pour la plupart des liens, tant commerciaux que culturels. Des groupes polynésiens venus parfois de très loin se retrouvent ainsi régulièrement à Raiatea, dans les îles Sous-le-Vent (archipel de la Société), à l’occasion de grandes cérémonies religieuses.

 

L’océan n’est pas ici un obstacle, mais au contraire un facteur unificateur.

La langue tahitienne

  • 1ere langue océanienne à avoir disposé d'un système d'écriture, élaboré par les évangélistes protestants de la Société missionnaire de Londres au début du 19e siècle

  • L'alphabet tahitien comprend 13 lettres:
    les voyelles a, e, i, o, u et les consonnes f, h, m, n, p, r, t et v.

  • Mots d'origine tahitienne en français:

    • Tatouer / tatouage

    • Tabou

    • Tiaré, monoï, paréo, vahiné,

Aldo TIRAO a grandi avec ses grands-parents  dans le district de Papetoai dans l’île de Moorea.  Il parle couramment français et tahitien.  Père de 3 enfants et grand-père de 4 enfants, il est actuellement conseiller municipal de la commune de Punaauia, en banlieue de Papeete, où il est chargé de l’emploi, du développement et de l'insertion économique.

En retraite de ses fonctions de Directeur pénitentiaire, Aldo s'implique quotidiennement dans le développement économique et culturel de la Polynésie française.  Il est le Président fondateur d'une association d'insertion par l'économique, travailleur social polyvalent pour le Service des affaires sociales de la Polynésie, Président de la plus grande association de jeunesse et d’éducation populaire de  Polynésie et Membre du Conseil Economique et Social .

​Il est aussi membre fondateur de la première association de protection de la nature « Ia Ora te Natura » à Tahiti.

Les Langues Polynésiennes  les plus parlées sont le tahitien, le samoan, le tongien, le maori de Nouvelle-Zélande et l'hawaïen. Elles sont gérées par le Forum des langues polynésiennes.

La langue française fut amenée à l’époque des premiers découvreurs au 18ème siècle, et notamment par le navigateur français Louis-Antoine de Bougainville. Après la constitution des Etablissements français d’Océanie, de nombreuses familles nobles s’installèrent. Suite aux deux guerres mondiales, à la fin de l’ère de la décolonisation, les archipels acquirent le statut de territoire d’outre-mer, avec une représentation à l’Assemblée nationale française. C’est en 1958 que les polynésiens, suite au vote d’un référendum, affirmèrent leur appartenance à la République française.

Aujourd’hui, 73,5% des personnes de plus de 15 ans parlent une des langues polynésiennes et savent l’écrire.  Le taux de familles parlant une langue polynésienne se monte à 58,8% chez les seniors (70-74 ans) alors qu’il atteint 27% chez les 14 ans.

Free and open to all.

Register to receive the Zoom link.

The link will be emailed twice:

the day before the event and 2 hours before the event